Le Blog TPLF : articles, conseils, exercices



Votre pub ici ?

Vous souhaitez sponsoriser un article et placer un visuel ici ? Contactez-nous !


Sommeil et température ambiante

Bienque l'organisme soit capable de maintenir constante sa température lorsque celle de l'air varie, cette stabilité n'est possible que dans la mesure ou les pertes et les gains de chaleur entre le corps et l'environnement sont équilibrés. Dans le cas contraire, le corps va se refroidir (hypothermie) ou se réchauffer (hyperthermie) de façon excessive.
La thermorégulation, qui gère l'ensemble des échanges de chaleur du corps, se doit donc d'être toujours parfaitement efficace.


Le fonctionnement des mécanismes de la régulation thermique du corps est modifié durant le sommeil comparativement à l'éveil. Le fait de dormir dans un environnement très chaud comme cela est souvent le cas l'été engendre ainsi des modifications de la structure du sommeil pouvant aller jusqu'à sa disparition. On constate ainsi que l'exposition nocturne au chaud :
- réduit la durée moyenne de sommeil
- augmente la latence d'endormissement
- augmente la fréquence et la durée des éveils nocturnes
- raccourci et diminue le nombre de phases de sommeil paradoxal
- affecte la répartition temporelle des phases de sommeil lent profond (elles deviennent plus courtes et plus rapprochées).


Ces observations révèlent l'existence d'un conflit de régulation entre les mécanismes impliqués dans le sommeil et ceux assurant la thermorégulation de l'organisme. C'est ainsi qu'au cours de certains stades, celui du sommeil paradoxal notamment, une hyperthermie peut se développer si la température ambiante est trop élevée (ou hypothermie dans un environnement trop froid).



A quelle température ambiante est-il souhaitable de dormir ?

La température ambiante permettant un sommeil de bonne qualité est celle qui minimise la sollicitation des mécanismes impliqués dans la régulation thermique du corps afin de limiter les conflits thermorégulation-sommeil. Cette gamme de température ou les mécanismes de régulation thermique sont quasiment inactifs est appelée "zone de neutralité thermique". Elle est relativement difficile a déterminer avec précision car cela dépend largement du nombre et du type de vêtements et épaisseurs qui couvrent la personne, mais également dans une moindre mesure, d'autres facteurs tels que l'état nutritionnel et hydrique du sujet, de différences inter-individuelles de tolérences et de besoins, ...

Néanmoins, on observe qu'une température ambiante de 16 à 19°C dans la chambre à coucher (donc relativement fraîche comparé aux habitudes ..) est généralement favorable pour une personne vêtue d'un petit pyjama et couverte d'un drap et d'une couverture de laine.

Pour un individu qui dormirait nu et sans drap ni couverture, la température optimale serait de 30 à 32°C environ.

Cette température de 30 à 32 degrés étant celle qu'il convient d'essayer de recréer dans le "micro-climat" créé entre la peau et la couverture lorsqu'il y en a une. Notez qu'il est possible de vérifier la température qu'il fait dans votre "niche" à l'aide d'un thermomètre que vous placerez juste à côté de vous et que vous contrôlerez après une 20aine de minutes de façon à adapter éventuellement l'épaisseur de votre/vos couverture(s). Compte tenu de l'importance du sommeil dans le cadre des processus de récupération musculaire chez le sportif biensur, mais plus largement, dans le cadre du bien être de tout un chacun (bien être émotionnel, gestion du stress du quotidien, ...) cette petite vérification ne sera à coup sur pas une perte de temps car en dehors de cette zone de température finalement assez étroite, le sommeil est perturbé.

Article Tags: #sommeil
0 commentaire